Dans cet article nous allons vous parler de la fameuse série photographique, si caractéristique du style de Liu Bolin, nommée « Hiding in the City » – série originelle – mais aussi de la série Hiding in New York et Hiding in Italy, qui sont les deux autres séries à avoir suivi et avaient pour but de critiquer le gouvernement chinois et la société. D’ailleurs notre bannière d’article n’est tout autre qu’une des photographies de la série italienne. Pour cette étude nous avons décidé de faire une étude grâce à deux sites : le premier sera le site de Actuphoto, quant au second il s’agira du blog d’un amateur et collectionneur d’art contemporain nommé Jacky Baczykarticle faisant partie d’un plus grand sur le blog. Quant à l’article d’Actuphoto, il s’agissait de faire une courte étude sur la première série, celle de Hiding in the City. Au-delà d’une différence nette de connaissance entre les deux sites, nous sommes toujours ici à vous présenter des articles en vue de vous faire comprendre comment sont gérés les différents outils sur un site web; il nous semblait des plus pertinents que de vous montrer la différence de contenu – et de contenant – entre deux sites à la vocation bien différente.

Capture d’écran 2016-04-18 à 16.37.32
capture d’écran en haut de page de l’article de Actuphoto, http://fr.actuphoto.com/23764-liu-bolin-hiding-in-the-city-.html

Comme notre précédent article, nous voyons un premier très gros défaut qui n’a pas été pallié depuis sa publication (22 janvier 2013) ce qui est assez grave pour un site qui se veut être le premier magazine photo en ligne de France. En effet le header de l’article de Actuphoto a été mal mis en ligne comme vous pouvez le remarquer ci-dessous. De l’autre côté, le blog possède une structure des plus maîtrisées, tout y est clairement présenté et l’arborescence y est

Capture d’écran 2016-04-18 à 16.43.19
capture d’écran du header de l’article de Actuphoto, http://fr.actuphoto.com/23764-liu-bolin-hiding-in-the-city-.html

facilement visible au premier coup d’œil. Dans ce cas très particulier il s’agit d’ailleurs d’une conception artistique du webdesign que l’on nomme aujourd’hui « flat design » où chaque élément à une fonction bien précise et où les éléments décoratifs y sont supprimés. Seul petit élément à remarquer de prime abord – et cela pour nos deux sites – est toujours ce problème de scrolling, souvent trop long. C’est le cas pour l’article de Actuphoto et qui, malgré une fonte maîtrisée sur l’ensemble du site, possède quelques soucis sur la ligne de flottaison. En effet il aurait peut-être fallu réduire la taille des photos, ou les mettre sur le côté de telle sorte à ce que le texte soit à côté et que l’utilisateur n’ait pas à descendre encore et encore avant d’en arriver au pied de page.

Capture d’écran 2016-04-18 à 17.53.59
capture d’écran de la vidéo publiée sur l’article du blog, http://collectionner-l-art-contemporain.com/incroyable-liu-bolin/

Pour le blog, l’article nous fait descendre également assez bas mais comme dit plus haut, chaque élément à sa place et les éléments décoratifs sont supprimés ce qui laisse une visibilité plus grande qu’un article qui nous submerge d’articles annexes sur le côté.

Un élément à ajouter au compte du blog que nous qualifierons de mieux maîtrisé par le blog et non par Actuphoto est qu’en scrollant en bas de la page s’active un rollover où le visiteur peut alors aller sur un

Capture d’écran 2016-04-18 à 17.54.19
capture d’écran du rollover en pied de page de l’article du blog, http://collectionner-l-art-contemporain.com/incroyable-liu-bolin/

autre article (et où il lui est conseillé de s’abonner). De plus, nos deux sites sont dit « statique » mais le blog, à l’aide de rollovers et d’une vidéo, par exemple sur notre article, permet de rendre nettement plus vivant et dynamique la template du site. En revanche dans les deux cas, l’ergonomie des sites veut que les liens internes au site deviennent en eux-mêmes des boutons call-to-action, incitant le lecteur à cliquer sur de nouveaux articles ou à se laisser aller à la découverte des différentes fonctionnalités proposés dans chacun des deux sites web. Enfin l’aspect excessivement positif du magazine en ligne est bien évidemment son ouverture et son « rayonnement » en dehors même du site : en plus des partenaires, de la publicité ou encore de l’accès facile à la page contact il est possible de pouvoir accéder, en pied de page, à différentes plateformes utilisées par Actuphoto comme Dailymotion, Viadeo ou Wekio qui, pour ce dernier n’est tout autre que la plateforme payante utilisée par le groupe. Au même endroit deux autres liens sont accessibles : celui pour s’abonner à la newsletter et l’autre pour accéder au sitemap.

Ainsi nous avons deux sites à la vocation bien différente et qui, pourtant – à notre avis personnel – ont inversé les rôles dans le « sérieux » que devrait être chacun d’entre-eux. Le blog pourrait avoir une tenue ergonomique beaucoup moins stricte (bien que cela soit tout à fait admirable) du fait qu’il n’a pas été créé dans un but commercial. De l’autre côté, Actuphoto (bien que créé également dans un but non-commercial) nous avons repéré des défauts qui selon nous ne peuvent être laissés pour compte pour un site qui se dit être le premier magazine de photographie en ligne de France, couvrir des actualités dans le monde entier tout en ayant des partenaires officiels tel que Leica, Sony, le Centre Pompidou ou encore le musée du quai Branly.

 

Webographie :

Publicités